Stage Photojournalisme et Marionnettes

main_title - _1144676.jpg
main_title - _1144711.jpg
main_title - _1144693.jpg
main_title - 20220208_161653.jpg
main_title - _1144662.jpg
main_title - 20220210_162110.jpg
main_title - _1144700.jpg
main_title - Screenshot_20220210-162238_Gallery.jpg

« La semaine s’est avérée riche et forte, avec bien sûr des difficultés également. Une demande de concentration et d’implication pas toujours évidente pour les jeunes, un lâcher-prise peu habituel pour des personnes ne pratiquant pas souvent le théâtre, et l’abandon de certaines inquiétudes liées à leur propre image, exercice particulièrement impressionnant à leur âge. Mais au bout du compte, le travail s’est avéré fructueux. »
Sébastien Foucault, metteur en scène et Michel Villée, marionnettiste


Stage Photojournalisme et Marionnettes En partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse du département du Nord
 

Ce projet est mené par Sébastien Foucault et Michel Villée auprès de jeunes accompagnés par les structures de la Projection Judiciaire de la Jeunesse du Nord et plus particulièrement les services de l’EPE et de l'UEMO de Douai.


Sébastien Foucault et le marionnettiste Michel Villée initient les jeunes participants à divers langages pratiqués sur un plateau de théâtre, et notamment le langage marionnettique. Prenant appui sur des images célèbres qui ont illustré de manière significative divers événements marquants de ces trente dernières années, ils explorent différentes manières de « dire le monde et de se dire Soi dans le monde ». C’est également l’occasion de travailler la prise de parole en public, la gestion de son corps dans l’espace, la confiance, la solidarité et l’estime de soi.

Sébastien Foucault, en tant que comédien, a participé à plusieurs projets de Milo Rau : Hate Radio, The Civil Wars ou encore La Reprise, Histoire du Théâtre I.

Ces différentes expériences l’ont amené à s’intéresser très particulièrement au Théâtre documentaire. Avec Reporters de guerre, son premier spectacle en tant que metteur en scène, il interroge la mémoire actuelle des guerres de Croatie et de Bosnie.

Ce projet, issu d’un partenariat entre TANDEM et les structures PJJ du Nord, bénéficie du soutien de la DRAC Hauts-de-France.