Quatuor Béla . Wilhem Latchoumia

Barbarie

France

16 janvier 2020
Douai
Musique

Salle Malraux
Durée : 1h20
Tarif B
Placement libre
Navette au départ d'Arras à 19:30

Avant-concert à 19:30

La machine, avenir ou tombeau du musicien ? Le Quatuor Béla et le pianiste Wilhem Latchoumia nous convient à un concert-spectacle d’œuvres nouvelles et récentes où l’homme et l’instrument mécanique se livrent à un échange à la fois fascinant et inquiétant.

Au tournant de l’âge des Lumières et de la Révolution industrielle, l’Europe se prit de passion pour les automates. Dans le domaine musical, ils prolongeaient des inventions médiévales, comme la vielle à roue, et ouvraient la voie à l’électronique moderne. L’orgue de barbarie, dont les Hauts-de-France conservent des collections uniques au monde, fut l’instrument emblématique des XVIIIe et XIXe siècles, étonnant les salons et enchantant les rues. Les bouleversements sociaux et économiques induits pas la machine allaient bientôt jeter le trouble : essor de la civilisation, ou avènement d’une nouvelle… barbarie ? Ligeti et Nancarrow traduisirent ce questionnement au siècle passé, et ce n’est sans doute pas un hasard si Kubrick reprit la musique du premier dans 2001, L’Odyssée de l’espace, qui illustre la lutte à mort entre l’Homme et l’Intelligence Artificielle. Les commandes passées à l’occasion de ce concert exceptionnel à certains des compositeurs les plus créatifs d’aujourd’hui, Frédéric Aurier, Noriko Baba, Raphaël Cendo, Albert Marcœur et Marco Stroppa, convoquent de drôles de machines pas toujours rassurantes, pour un bras de fer avec les intrépides musiciens.

Albert Marcœur . Léopold et les automates (danse pour instruments acoustiques et mécaniques divers)
Marco Stroppa . Cinq miniatures (pour quatuor à cordes et piano)
Conlon Nancarrow . Études (pour piano pneumatique)
Noriko Baba . Nié (pour quatuor à cordes, piano et électronique)
Conlon Nancarrow . Toccata (pour violon et piano pneumatique)
Raphaël Cendo Création pour quatuor à cordes, piano, électronique, orgue Decap
György Ligeti . Arc-en-ciel
Frédéric Aurier . Création pour orgue Decap, piano pneumatique, piano, vielle à roue, nickelharpa, gramophone

Distribution

Composition Frédéric Aurier, Noriko Baba, Raphaël Cendo, Albert Marcœur et Marco Stroppa
Direction artistique Quatuor Béla
Piano et synthétiseurs Wilhem Latchoumia
Violon et nickelharpa Frédéric Aurier
Violon Julien Dieudegard
Alto et vielle à roue Julian Boutin
Violoncelle Luc Dedreuil
Réalisateur en Informatique Musicale et ingénieur du son Max Brucker
Lumières et scénographie Hervé Frichet, Pierre-Yves Boutrand
Réalisation en Mécanique Musicale Antoine Bitran (orgue Decap), Mathieu Ogier (gramophone)
Régie plateau et instruments Emile Martin

Mentions

Production Association L’Oreille Droite / Quatuor Béla
Coproduction MC2: Grenoble, Arsenal Cité musicale-Metz, MCB° Maison de la Culture de Bourges, TANDEM Scène nationale, La Barcarolle EPCC - Spectacle vivant Audomarois, Espace Malraux Scène nationale de Chambéry et de la Savoie, Césaré, gmem-CNCM-marseille, Grame, Musica, La Scala Paris
Soutien DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, du Département de la Savoie, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région PACA, de la Sacem, de la Spedidam (en cours), de l'Adami (en cours), du Dicréam (en cours), de ProQuartet, de la Ferme des Orgues, de Jean-Jacques Kowalski, de Valentin Clastrier, des Editions de Minuit, de Peter Szendy et de Bernard Stiegler.
Le Quatuor Béla est conventionné par le Département de la Savoie, il reçoit l’aide à la structuration de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, et le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la SACEM, de l’ADAMI, de la SPEDIDAM, de l’ONDA. Il est adhérent du Bureau Export et de Futurs Composés.
Photos © J. Pierre Dupraz