Une programmation est une route où le déplacement compte autant que la destination.

Pour que cette route devienne un voyage, empruntons les détours, passons par les villages, quand la nuit nous surprend, levons la tête et laissons nous guider par les étoiles! Osons nous perdre, laissons nous surprendre par des figures, des corps en surgissements, des corps imaginaires, des corps arrachés à un premier monde, des corps affranchis, des corps usés ; un tourbillon de signes, et de langages.

Sur cette route, les talents et les vertus se conjuguent autant au féminin qu'au masculin. 46% des spectacles programmés cette saison sont portés par des artsites femmes. Tous les projets circassiens accueillis (sauf un) sont des projets de femmes.
Elles sont metteuses en scène, chorégraphes, voltigeuses, porteuses, autrices, poétesses, idéalistes et engagées : Anne Théron, Gaëlle Bourges, Phia Ménard,  Fatoumata Diawara, Nathalie Stutzman, Bouchra Ouizguen, Cecilia Bengolea, Florentina Holzinger, Robyn Orlin, Jeanne Mordoj, Virginie Baès et le collectif du Projet.PDF… Elles prennent la parole avec force et humour. Elles aussi cherchent à renverser les rapports de domination d’un vieux monde.
Pendant la déferlante #BalanceTonPorc, j’ai été choqué par le fait que tant de personnes s’arrêtent sur l’impolitesse des mots. Un cri de révolte peut-il être poli? C’est faire bien peu de cas de l’injustice dénoncée.
Mentionner ici 46% de projets de femmes ce n’est pas une simple donnée statistique pour se donner bonne conscience mais, dans cette inversion inédite des rapports de forces, une nécessaire et salutaire volonté de visibiliser ces femmes et de changer, par l'art, notre vision du monde.

Mêler l’intime au politique. Je me souviens de ces auteurs : Jean-Luc Lagarce, Bernard-Marie Koltès, Hervé Guibert, Serge Daney, Cyril Collard ou encore Jacques Demy. Ils avaient fait de la littérature le lieu d’une invention de soi. Emportés par le Sida, trente ans après leurs oeuvres continuent d’être dans une résonnance aigüe avec le monde. Christophe Honoré en a fait ses Idoles. Avec Retour à Reims de Didier Eribon, Thomas Ostermeier met en exergue une faillite de la gauche composée de technocrates, laissant une classe ouvrière sur la touche, avec une montée progressive de l’extrême droite. Une réflexion fondamentale sur le politique, les rapports de domination sociale et leurs effets sur la sphère du privé et de l’intime.

Face à la mer, se retrouver face au monde et face à soi-même.
Avec la sortie du livre Histoires de lieux, histoires d’hommes, nous vous proposons un nouvel accrochage d’oeuvres d’artistes anonymes ou reconnus, restés en Syrie ou exilés. La plateforme Creative Memory, portée par Sana Yazigi, en exil à Beyrouth, est exemplaire sur ce que l’art, nourri d’une profonde lucidité, peut produire.
En écho, Pauline Bayle met en exergue, avec Illiade et Odyssée, la dimension humaniste du chef d’œuvre d’Homère en insistant sur le courage, le respect et l’hospitalité envers les migrants. Tandis que Wael Kadour et Mohamad Al Rashi, tous deux syriens réfugiés en France, reviennent sur un régime d’une violence inouïe ; anéantissement de tous les rêves, extorsions, viols, torture, enfermement systématique… autant de sévices que ces milliers de femmes, d’hommes et d’enfants fuient sur des embarcations surchargées faites de planches, de boudins gonflables et de clous, au péril de leur vie. (1)
Comment arrêter la spirale infinie de la violence? C’est la question posée par Milo Rau, à partir de L’Orestie.
Comment traiterons nous les meurtriers de notre époque? Comment leur retour pourra-t-il être «civilisé»? Là où la haine n’a rien pu faire, l’étreinte d’amour pourra-t-elle faire son œuvre?

Je crois que la vérité et l’amour sans condition auront le dernier mot effectivement. La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort. Je crois fermement que, même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l’espoir d’un matin radieux. (2)

Aimer et marcher, écouter, ressentir, penser, être, raconter, partager…

Surtout aie du temps et fais des détours. Laisse-toi distraire. Mets-toi pour ainsi dire en congé. Ne néglige la voix d’aucun arbre, d’aucune eau. Entre où tu as envie et accorde-toi le soleil. Oublie ta famille, donne des forces aux inconnus, penche-toi sur les détails, pars où il n’y a personne, fous-toi du drame du destin, dédaigne le malheur, apaise le conflit de ton rire. Mets-toi dans tes couleurs, sois dans ton droit, et que le bruit des feuilles devienne doux. Passe par les villages, je te suis. (3)

Très belle saison et que rien ne nous arrête!

Gilbert Langlois,
directeur du TANDEM Scène nationale

(1) Soutenons SOS Méditerranée! Que les garde-côtes libyens, formés, financés et équipés par l’Union européenne, renvoient les naufragés en Libye n’en est que plus légalement et moralement inacceptable. Ce contexte inédit à ce jour, qui restreint encore davantage un espace humanitaire déjà tendu en Méditerranée centrale, contraint l’Aquarius à réévaluer son modèle opérationnel; toutes les équipes, à bord comme à terre, sont bien déterminées à repartir pour que SOS Méditerranée puisse continuer sa mission vitale en Méditerranée : secourir, protéger et témoigner, dans le respect de la dignité des rescapés et dans le strict cadre légal du droit humanitaire et maritime international. www.sosmediterranee.fr
(2) Martin Luther King, Oslo, 10 décembre 1964.
(3) Extrait de Par les villages. Poème dramatique de Peter Handke, traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt, Gallimard, 1983.

DOUAI . HIPPODROME

Inauguré en 1904, l'Hippodrome fut construit à l'origine pour accueillir des cirques, des manifestations populaires, citoyennes et politiques... Il fait partie aujourd'hui des sept derniers cirques en dur qui existent en France (Douai, Reims, Elbeuf, Châlons-en-Champagne, Troyes, Paris et Amiens). Doté de 3 salles (la Salle Malraux d'une capacité de 500 places, la salle Obey d'une capacité de 140 places assises, le Grand studio ouvert aux résidences d'artistes), l'Hippodrome obtient le statut de scène nationale en 1992. Le cinéma de l'Hippodrome, la salle Paul Desmarets, complète cet ensemble architectural unique.

télécharger les plans et les fiches techniques

ARRAS . THÉÂTRE

Inauguré le 30 novembre 1785, le Théâtre d'Arras connaît une nouvelle phase de travaux en 1828 avec la construction d'une salle des concerts dont le décor est confié à Charles-Antoine Cambon qui peint au plafond « La Muse distribuant les lauriers aux artistes ». Le Théâtre bénéficie entre 2004 et 2007 de travaux importants qui lui redonnent splendeur et éclat, fonctionnalité et confort. Ils permettent également l'apparition d'une nouvelle salle, plus intimiste, baptisée Salle André Reybaz, pouvant accueillir environ 80 personnes assises.

télécharger les plans et les fiches techniques

DIRECTION

Gilbert Langlois

CONSEIL ARTISTIQUE

Aude Tortuyaux
conseillère musiques
atortuyaux@tandem.email

Christophe Duthoit
programmateur cinéma

ADMINISTRATION

Olivier Fauquembergue
administrateur
ofauquembergue@tandem.email

Ludwig Guesné
administrateur adjoint, chef comptable
lguesne@tandem.email

Maryline Leclaire
aide-comptable

ACCUEIL & SECRÉTARIAT

Véronique Gilles
secrétaire de direction
vgilles@tandem.email

Virginie Ziemniak
secrétaire accueil et cinéma
accueil@tandem.email

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Christine Tournecuillert
secrétaire générale,
conseillère artistique

ctournecuillert@tandem.email

RELATIONS AVEC LE PUBLIC

Anne Pichard
responsable du mécénat
et de la prospective

apichard@tandem.email

Maxence Maréchal-Delmotte
chargé des relations avec le public
et des réseaux sociaux
mdelmotte@tandem.email

Marianne Duhamel
chargée des relations avec le public
mduhamel@tandem.email

Amélie Levêque
chargée des relations avec le public
aleveque@tandem.email

Apolline Mauger
attachée aux relations avec le public
amauger@tandem.email

COMMUNICATION

Romain Rousseau
directeur de la communication,
conseiller musiques actuelles

rrousseau@tandem.email

Raphaël Mesa
chargé de communication
rmesa@tandem.email

BILLETTERIE &
ACCUEIL DU PUBLIC

billetterie@tandem.email

Pauline Cavailles
responsable de la billetterie
et de l’accueil

Thomas Ragons
attaché à la billetterie

Chloé Macioszek
hôtesse de billetterie

Noémie Nagel
responsable du bar

ACCUEIL DES ARTISTES

Marylise Boulanger
chargée de l’accueil des artistes
et habilleuse, chargée de l’entretien

Claire Moskwa
chargée de l’accueil des artistes,
habilleuse

TECHNIQUE

Jean-Marc Hennequin
directeur technique
jmhennequin@tandem.email

Stéphane Jagu
régisseur général
sjagu@tandem.email

Sébastien Meerpoel
régisseur général
smeerpoel@tandem.email

Francis Stiévenard
régisseur général adjoint,
chef machiniste

Frédéric Willens
régisseur lumière

Xavier Janda
régisseur son

Dominique Warin
régisseur son, technicien lumière

Abdelkrim Rouhi
chef machiniste

Philippe Lefebvre
régisseur des bâtiments,
chargé des maintenances

Didier Benoît
régisseur plateau adjoint,
chef machiniste

Dorian Delrue
technicien

Héloïse Cailloz
opératrice projectionniste,
chef de cabine

Stephen Roos
opérateur projectionniste

Alain Ogez
gardien

Baptiste Cretel
apprenti

Et les intermittents du spectacle et les ouvreurs qui nous accompagnent tout au long de la saison.

Le TANDEM Scène nationale est subventionné par la Ville d’Arras, la Ville de Douai, le Ministère de la Culture et de la Communication,
le Conseil régional des Hauts-de-France / Nord-Pas-de-Calais – Picardie, le Conseil départemental du Pas-de-Calais et le Conseil départemental du Nord.

Le TANDEM - scène nationale Arras Douai est soutenu par

 

Partenaires privés

 

Partenaires médias

Le TANDEM soutient

 

 

Partenaires culturels

Culture Commune, Scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais
La Comédie de Béthune, Centre dramatique national
Maison de l'art et de la communication de Sallaumines
Le Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme
Le Festival Faites de la chanson
Arras Jazz Festival
Les Inouïes
Le Festival Arsène
Le Musée des Beaux-Arts d'Arras
Le Musée de la Chartreuse de Douai
L'être lieu - ARTS CONTEMPORAINS ARRAS